Vous avez une question,
appelez-moi au
06 51 040 025

VOITURE

Ford Cortina Lotus Mk1 un Bolide Formidable

Au début des années 1960,Ford Grande-Bretagne passe commande à Lotus Cars de concevoir un bolide pour battre les stars de la catégorie " groupe 2 " (Tourisme de série modifié), à partir de la Cortina, une berline 2 portes monocoque. La Ford Cortina Lotus Mk1 est conçue dans ce but, c'est une arme formidable.

En Grande-Bretagne, dans les années 50 / 60, les couses de « Saloons Cars » (berline de tourisme) sur circuit se sont multipliées, c'est une spécialité nationale.

 

Ces épreuves attirent un grand nombre de pilotes amateurs au budget limité et offrent un spectacle prodigieux avec des berlines passablement modifiées par des préparateurs.

 

Le championnat est dominé par des marques de prestige, Jaguar (avec la Mk II) et Alfa Roméo (avec la Giulia Ti Super), ainsi que la diabolique Mini revue et corrigée par John Cooper, c'est aussi une vitrine publicitaire unique pour les constructeurs.

 

Ford désireux d'avoir dans sa gamme un modèle sportif, s'adresse à Colin Chapman créateur de Lotus.

Une barquette Lotus 23 pilotée par Jim Clark domine sa catégorie avec un moteur 1498 cm3 Ford.

Colin Chapman dispose pour l'Elan, du moteur Ford 1600 Typhoon 5 paliers coiffé d'une culasse à 2 ACT et chambre de combustion hémisphérique développé par Harry Mundy transfuge de chez Jaguar.

 

Ford Europe passe une commande à Colin Chapman d’une première série de mille Cortina Lotus, minimum nécessaire pour obtenir l’homologation en Gr 2 (tourisme de série modifié).

Les coques de Cortina deux portes sont livrées nues à Cheshunt, où elles sont équipées du moteur de la Lotus Elan.

Le moteur est gavé par deux carburateurs Weber horizontaux, double corps. Il gagne 50 ch. la puissance est quasiment doublée par rapport à la Cortina 1.5 L de base, le refroidissement est amélioré par l’augmentation de la capacité du radiateur, l’embrayage est renforcé.

L’équipe de Chapman revoit les trains roulants : l’essieu arrière rigide est conservé, mais les lames de ressorts d’origine sont remplacées par des ressorts hélicoïdaux avec amortisseurs concentriques et le guidage est assuré par un système issu de la Lotus Seven, soit deux jambes de poussées et un triangle tubulaire articulé sous le carter de pont.

A l’avant une barre stabilisatrice est ajoutée, la géométrie de suspension est revue. La direction est rendue plus directe et précise, les freins avant sont à disques, un servofrein assure l’assistance.

La répartition des masses est repensée, la batterie reportée dans la malle, la garde au sol réduite et la largeur des jantes augmentée d’un demi-pouce.

Cinquante précieux kilos sont économisés, par une cure d’amaigrissement opérée par le remplacement des capots, ailes et portières d’origine en acier par des éléments « maison » en aluminium, sans altérer la remarquable rigidité d’origine. Ainsi armée, la Cortina Lotus ne pèse seulement qu’environ 800 Kg pour un moteur de 105 ch.

Elle affiche un enviable rapport poids/puissance supérieur à 8 Kg/ch.

Les retards dans l’homologation au début de la saison 63 coûtent la place à Syd Hendson alors directeur du service compétition de Ford Europe.

Elle a fière allure de couleur blanche avec sa bande verte ceinturant les ailes et le panneau arrière, dotée d’une calandre spécifique destinée à faciliter le refroidissement, surbaissée et bien campée sur ses roues élargies.

La présentation officielle a lieu au départ du Rallye Monte-Carlo en janvier 1964 aux mains de Jo Schlesser dans une époustouflante démonstration.

En septembre 1965, la production de la deuxième série de 2000 exemplaires est simplifiée.

De graves soucis vibratoires, obligent Lotus a conserver la suspension arrière à ressorts à lames et pour des raisons de coûts les ouvrants en tôle d’acier de la Cortina de base.

A l’occasion de son programme sportif, Ford engage des Cortina Lotus préparées usine dans de nombreux rallyes, avec des résultats significatifs : Rallye du Pays de Galles 1965 (Roger Clark/Graham Robson), Rallye des Fleurs 1966 (Vic Elfort/John Davenort) avant disqualification, Rallye de l’Acropole 1966

Rallye du RAC 1966 , Rallye de Suède 1967 , Rallye « Gulf London .

Quelques-uns uns des plus prestigieux pilotes de cette époque se succèdent à son volant, Jim Clark pilote maison et metteur au point, suivit par Jacky Ickx, pilote officiel Ford Belgique, puis Jacky Stewart, Vic Elfort, Sir John Withmore et bien d’autres.

 

La Cortina Lotus possède un brio absolument exceptionnel, sa vivacité, sa légèreté sont époustouflants, c’est une arme redoutable.

COMMENTAIRES

aucun commentaire
votre message :