Vous avez une question,
appelez-moi au
06 51 040 025

VOITURE

DELAHAYE 145 V12

A Linas Montlhéry sur l'autodrome, le 27 août 1937, René Dreyfus remporte l'épreuve du Million à la moyenne de 146,654 km/h sur 200 Kilomètres. La Delahaye 145 a été développée dans le but de battre les voitures de Grand Prix étrangères sur un concours imaginé par L'Automobile Club de France.

L'Automobile Club de France décide d'encourager concrètement les constructeurs nationaux en leur donnant les moyens de financer les études de véritables voitures de Grand Prix pour les saisons 1938,1939 et 1940.

Le deuxième objectif est de contrer les voitures de Grand Prix allemandes et italiennes puissamment soutenues sur le plan financier par le gouvernement.

La Fédération nationale des clubs automobiles de France, en accord avec le ministère des Travaux publics crée un fond de course et offre en particulier une somme d'un million de francs au constructeur français qui avec une voiture conforme à la formule internationale 1938-1939-1940, aura accompli la meilleure performance avant le 31 août 1937, à une vitesse moyenne minimum de 146,508 Km/h, à l'autodrome de Montlhéry.

Chez Delahyae, depuis février 1937, l'ingénieur Jean François étudie un V12, 4,5 L. à soupapes en tête, afin de donner un successeur au type 135.

J. François reprend le châssis à longerons ‘Bloctube', le renforce et l'abaisse, les roues avant sont indépendantes par parallélogramme déformable. La grande originalité de la Delahaye 145 est son moteur, un douze cylindres en V à 60°, le bloc et les culasses sont en alliage léger et nombreux éléments sont en alliage de magnésium. La distribution fait appel à trois arbres à cames : un au centre du V pour les douze soupapes d'admission et deux latéraux commandent chacun six soupapes d'échappement. Les chambres hémisphériques à deux soupapes reçoivent deux bougies par cylindres, les deux magnétos possèdent douze départs chacune. Les trois carburateurs inversés double corps Zénith Stromberg, remplacés parfois par des Solex sont alimentés en carburant ternaire (essence, benzol et alcool plus huile de ricin) qui correspond à 82 d'indice d'octane.

Le 27 août 1937, René Dreyfus réalise, dès sa première tentative, une moyenne de 146,654 km/h, donc supérieure au minimum imposé. Le 31 août, Jean Pierre Wimille sur une Bugatti tente sans succès de ravir ce record.

La firme Delahaye exploite largement son au ‘million' sur le plan publicitaire.

Au Salon de Paris, en 1938, Delahaye présente, une version civilisée, la 165 V12, dessinée par Figoni et Falaschi.

COMMENTAIRES

1 commentaire
votre message :