VOITURE

CITROEN Type HY. Véhicule simple et pas cher

Le Citroën Hy pratique, robuste, rustique et bénéficiant d'une bonne tenue de route, a connu un long succès, adapté à de nombreuses utilisations. Le HY est le fruit du cahier des charges élaboré par Pierre Boulanger qui souhaite un véhicule monocoque à traction avant qui utilise des éléments de la Traction Avant à quatre cylindres avec une bonne suspension arrière et en particulier reprenant un maximum de pièces existantes sur d'autres modèles de la marque.

Né juste après la guerre, le plus légendaire des utilitaires a connu une vie exceptionnellement longue de trente-quatre ans. Pierre Boulanger propose un cahier des charges des plus sommaires, « faire simple et pas cher » pour un poids et un prix minimum.

 

L’étude du projet est confiée à un spécialiste en carrosserie, Pierre Franchiset, il est l’inventeur un système de pliage des tôles pour obtenir les charnières de type Yoder.

 

Ce système économique est utilisé partout sur le fourgon : volets de côtés, volet de roue de secours, trappe de réservoir, capot moteur, portières et sur les 2 cv…

 

Pierre Franchiset ébauche le travail en 1941, lorsque le bureau d’études Citroën est réfugié à Niort et à Ruffec.

 

A la libération, son équipe met un an à finaliser la conception du H, un grand nombre d’éléments sont emprunté aux autres véhicules de la marque : le berceau est copié sur celui de la traction et élargi, le moteur est de la même origine, ainsi que l’essieu jusqu’aux poignées de porte.

 

La 2cv et plus tard la DS sont des sources largement utilisées. Pierre Franchiset propose d’utiliser des tôles nervurées pour habiller le H, cette solution permet d’employer des tôles de très faible épaisseur et les rigidifie, cette technique a été vue un 1919 sur les avions Junker F 13.

 

Deux prototypes suffisent pour convaincre la direction.

Le H est le premier utilitaire monocoque et traction avant, cette formule est aujourd’hui incontestée.

 

Cet utilitaire a fait le bonheur des commerçants et artisans, polyvalent, léger, de faible encombrement, robuste, fiable, facile à réparer.

 

Quelquefois rallongées ou rehaussées, les carrossiers tel Bastard, Currus, Heuliez l’ont pris en charge en partant du châssis cabine.

 

On l’a retrouvé en véhicule de commerce ambulant, en camion publicitaire, en car de tourisme ou de police, en véhicule de secours, en ambulance, en bétaillère.

Au cours de la production, Citroën le propose avec différentes motorisations essence 9 et 11 CV et des moteurs diesel Perkins ou Indénor 7 et 9 CV.

 

Il a été appelé à tort TUB, qui est en fait le nom de son prédécesseur et plutôt connu avec le surnom de: « Nez de cochon » du fait de son petit capot placé devant la cabine avancée.

 

C’est un outil formidable, bien pensé, ses facilités de chargement extrêmement favorable lui ont permis de s’imposer sur son marché, doté d’un charme désuet sa longue carrière s’achève en décembre 1981. 

COMMENTAIRES

3 commentaires
  • le 06/01/2014, posté par Alain MARTEL

    Un HY Code HW  avec suspension arrière spéciale permettait aux carrossiers de réaliser des Véhicules de Secours Urgents , en quelle année ?

  • le 06/01/2014, posté par Pierre LACHET

    En Avril 1971, Citroën et Total offrent à la F.F.S.A. (Fédération Française de Sport Automobile) la première ambulance H 1600. 
    Réalisée sur un HW avec le concours des autorités médicales, cette ambulance est dotée de 4 roues indépendantes avec la suspension hydropneumatique à l'arrière, ce qui lui assure le confort et la tenue de route de la DS. 
    L'intérieur est aménagé par le Carrossier Currus  
    Currus réalise des cars, des fourgons de police, des camionnettes de pompiers, des corbillards, des magasins ambulants....

  • le 15/04/2014, posté par Pionfoux Andr

    Un club recontré lors d'une exposition de voitures anciennes à La Rochelle :

    H Tendre et Chevronnés
    8,rue du ruisseau Bouillé   F- 79330  Saint Varent
    Courriel : francis.delvenne@orange.fr

    des mecs sympats

votre message :